Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
les chirobalistes - construction d'une chirobaliste

chirobaliste à tension inversée, à moteur sidérotone et kamarion modèle arcubalista.

Mémoire sur l’artillerie des anciens, Livre de Guillaume Henri Dufour
Le savant Auguste Dureau de la Malle (1777 à 1857) étude de la poliorcétique ; S’exprime ainsi dans le discours préliminaire de sa Poliorcétique. On ignore la nature du moteur et l’emploi du mécanisme des balistes et des catapultes, J’ai rassemblé les figures, j’ai traduit dans les écrits soit des ingénieurs soit des généraux anciens les différents passages qui concernent ces machines curieuses Je n’en suis guère plus avancé il ya plusieurs détails que je ne comprends pas encore. Des efforts nouveaux sont nécessaires Mr Poisson dont le nom seul est un éloge et m’a promis de s’unir à moi pour ces recherches, nous ferons construire des modèles en petit de catapultes et de  balistes nous tenterons des essais, nous varierons les expériences pour augmenter les chances de réussite. Peut être trouverons nous quelque chose ou du moins ferons nous reconnaître qu’il est difficile de retrouver une invention perdue.
Les derniers éditeurs de la collection des auteurs grecs relatifs à l'art militaire se sont crus dispensés d'insérer dans leur recueil même le texte du traité de la chirobaliste, se bornant à déclarer qu'il était incompréhensible.
Avant de développé ce texte, on notera que les historiens non pas établi  à ce jour une certitude de l’origine des machines de jet, la lecture des textes anciens n’étant pas à la portée du premier venu, soyons indulgent, et rendons grâce à ces historiens qui on eu le courage et la patience de décrypter, comprendre et analyser les manuscrits combien de fois recopier par des moines qui ne saisissant pas la pensée mathématique de l’auteur, ont transcrit à leur guise en multipliant des erreurs si regrettables. J’ai relevé dans divers textes des paragraphes se rapportant à la découverte de ces machines. Par définition, la machine désigne un engin ou un objet complexe fabriqué.

Voici ce que je devais résoudre après de nombreuses recherches et fabrications de modèles.

L’artillerie manuelle antique.
La chirobaliste.
Arme portable ou portatif, ou portative.
Type scorpion donc palintone, à tension inversée, le moteur est sidérotone, le kamarion modèle arcubalista.
Pourrait aussi s’appeler scorpio manubaliste arcubalista , l’on trouve aussi une appellation ;  manuballis ta vel arcuballista, arme de jet à l’usage des troupes légères. En campagne, la manubaliste se porte suspendue dans le dos.
Utilisation des ressorts d’acier comme moteur, chacune de ces paires de ressorts se compose de 2 lames rivées en bout à chacune desquelles on a adapté 2 anses qui servent à la maintenir dans une position convenable. Une fois armée, les ovales des ressorts s’ouvrent et se rapproche de la forme circulaire, la machine produit un bruit de grincement lors du tir.
Après l’action du tir, l’organe des ressorts facile à démonter, s’enlève de la cage et se renferme dans un étui pour les protéger de la corrosion, les bras se retirent avec la même facilité. Par conséquent, à tous point de vue l’arme est économique, d’un assemblage commode et portatif en campagne.
L'arme était sans aucun doute à deux types de projectiles, comme l'indique une boucle étagée dont le texte ne fait pourtant pas mention, et qui servait évidemment à élever plus ou moins haut la corde destinée à communiquer au projectile sa force d'impulsion. La chirobaliste se distingue par l’utilisation de 2 type de projectiles, de petites flèches appelées spicala et des boulets, ce qui suppose de 2 modèles de glissières escamotables facile d’utilisation, et qui permet à la corde archère de se trouver au centre de chacune des munitions. Quant à la portée, elle dépendait de la force des ressorts et du degré de tension.


 chirobaliste_en_attente_darmement.jpgchirobaliste_armee.jpgchirobaliste_vue_des_ressorts.jpg
En attente d'armement                                                                        machine armée                                                                                 vue sur les ressorts

Conclusion.
Les lames ressorts sont assemblées 2 par 2 puis rivées aux extrémités, puis positionnées par des étriers ou anses sur 2 axes perpendiculaires au  milieu des ressorts. L’un  des axes est fixe sur le cadre, l’autre est relié au bras par une biellette. Quand on arme la machine, les bras entrainent les biellettes qui tirent sur les ressorts qui s’ouvrent. La rotation des bras dans  ce système est de plus de 90°, aucune des études de chirobaliste n’a d’équivalant. Les extrémités des axes de rotation, celui des ressorts fixés aux cadres et les axes des bras pivotent  dans des  demis paliers, le tout maintenu en place par une légère tension des ressorts, Il est donc aisé de démonter ces ensembles.
Les cadres sont fixés  par 2 barres sur la partie non mobile (fixe) de la glissière, puis à la partie haute des cadres par une partie courbe en  arc. L’ensemble n’est pas démontable comme les chirobalistes  décrites. Cette machine doit lancer 2 types de munitions, flèches et boulets, j’ai  choisis l’option d’une glissière variable adaptée aux munitions, la solution de faire monter ou descendre les bras me semble la solution impossible. Mon procédé consiste en un cylindre (rouleau) comportant 2 glissières opposées à 180°, une tige permet la rotation  ainsi que le verrouillage, la corde archère se trouve au milieu du boulet principalement, la position de la corde sur la flèche n’a pas la même importance, se reporter  au dessin des flèches ou spicala. J’avais donc choisis une corde archère, je n’ai pas obtenu de bons résultats quand à propulsion des boulets, par contre malgré la faible épaisseur des lames ressorts, les flèches pénètrent profondément  et avec force dans une cible.

Voici une autre explication:
Sur la manubaliste que vous trouvez en image  type euthytone il y à aussi une poignée  en forme d’anneau carré qui se bascule dans un clou car il n’y à pas de système anti retour.
Pour armer la chirobaliste vous prenez appui sur l’extrémité de la glissière mobile qui repose au sol et avec vos deux mains et la poitrine sur la grande poignée à l’arrière. Vous êtes obligé de vous servir d’une main pour rabattre l’anneau sur le clou.
manubaliste_avec_anneau.jpg

  J’ai réduit au maximum les manœuvres. La mienne est plus subtile, car en la poignée je déverrouille un cliquet et je peux amener la glissière vers l’avant,. Le verrouillage de la corde est le même que celui du polybolos, après tout c’est le même inventeur Grec.
Pour en venir à la chirobaliste, je la différentie  des manubalistes  eutythone et palintone par le fait que l’organe moteur est sidérotone.
D’après Mr Vincent qui a fait de nombreuses études sur la chirobaliste, Victor Prou était un copiste et Mr Vincent lui à fait des procès.
On dit que ces armes sont portables ou portatives, ou engin portatif.
Du type scorpion donc palintone, ou à tension inversée, le moteur est sidérotone, le kamarion modèle arcubalista, en forme d’arc.
Cette machine pourrait aussi s’appeler scorpio manubaliste arcubalista , l’on trouve aussi une appellation ;  manuballis ta vel arcuballista, arme de jet à l’usage des troupes légères. En campagne, la manubaliste se porte suspendue dans le dos.
L’utilisation des ressorts d’acier comme moteur, chacune de ces paires de ressorts se compose de 2 lames rivées en bout à chacune desquelles on a adapté 2 anses qui servent à la maintenir dans une position convenable. Une fois armée, les ovales des ressorts s’ouvrent et se rapproche de la forme circulaire, la machine produit un bruit de grincement lors du tir.
Après l’action du tir, l’organe des ressorts facile à démonter, s’enlève de la cage et se renferme dans un étui pour les protéger de la corrosion, les bras se retirent avec la même facilité. Par conséquent, à tous point de vue l’arme est économique, d’un assemblage commode et portatif en campagne.
L'arme était sans aucun doute à deux types de projectiles, comme l'indique une boucle étagée dont le texte ne fait pourtant pas mention, et qui servait évidemment à élever plus ou moins haut la corde destinée à communiquer au projectile sa force d'impulsion. La chirobaliste se distingue par l’utilisation de 2 type de projectiles, de petites flèches appelées spicala et des boulets, ce qui suppose de 2 modèles de glissières escamotables facile d’utilisation, et qui permet à la corde archère de se trouver au centre de chacune des munitions. Quant à la portée, elle dépendait de la force des ressorts et du degré de tension.
Dans ma chirobaliste les ressorts, se composent aussi de paires de 2 lames rivées en bout, soit 4 lames par cage maintenu en place par des étriers sur des axes ou pivots en acier.
Le principe de la cage ; entre le bas et le haut, 2 demi paliers avant est arrière.
A l’arrière l’axe des ressorts, à l’avant celui des bras, une légère tension maintient l’ensemble en place. Il suffit d’enlever un axe pour démonter le tout. Même sous l’effet du tir les axes se maintiennent en place.
Si l’on veut lancer 2 projectiles, il faut 2 glissières et une hauteur de corde correspondante. La corde a toujours la même hauteur, c’est donc un système de glissière rotatif qui règle le problème, c’est simple. Après de nombreux essais la corde archère ne propulse pas les boulets avec force, par contre la flèche donne satisfaction. J’ai une autre étude en cours avec une fronde qui devrait résoudre le problème.
 


 


Date de création : 04/04/2016 @ 09:20
Dernière modification : 24/05/2017 @ 17:06
Catégorie : les chirobalistes
Page lue 1145 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^