Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Antiquité - baliste à choc par lames de bois
                                                                             fig:    19scorpion
Baliste à choc par lames de bois

Au Moyen Age, puis à la Renaissance, un évènement historique était généralement décrit sans tenir compte de la date de son déroulement. On représentait les personnages illustrant sa propre époque.

Ainsi, cette machine typiquement romaine est décrite
par Vegèce au IX ème S et dessinée en 1536 servie par un homme en habit du 17ème S maquettes sont mentionnées médiévale ).

Quand Viollet-Le-Duc compose son encyclopédie, il reprend ces dessins sans tenir compte des notes des chroniqueurs quand à leurs sources. On peut donc douter de l’existence de cet engin à l’époque médiévale, (de nombreuses



 scorpion à lames de bois

Certains diront que cette machine possède 2 manivelles, employées à la période médiévale, mais la vis d'Archimède est représentée avec une manivelle.
http://dinosoria.com/invention_vis.htm

Cette machine lance des dards ou traits, la force de propulsion est la tension de lames de bois qui percute le dard. Une partie de l’engin est orientable et possède une hausse.

Maquette d’un scorpion à tension de lames de bois à l’échelle 1/25 Baliste
LIVRE X.Vitruve : De l'architecture. Tome second / trad. nouvelle par M. Ch.-L. Maufras,...C. L. F. Panckoucke, 1847.
Catapultarum. Plusieurs interprètes, suivant la remarque de Juste Lipse, ont cherché à découvrir, d'après le texte de Vitruve, quelle était la forme de la catapulte ( Baliste)( celles dont parle Ammien Marcellin, Végèce, Joconde et Robert Valturius, etc… celles qui sont représentées sur la colonne Trajane), n'ont aucun rapport avec la catapulte dont Vitruve nous donne les proportions, et dont il est si difficile de comprendre la structure.
Dans les autres catapultes, ce sont les bras ou arbres qui frappaient immédiatement le javelot, et il paraît que la catapulte dont parle Vitruve, agissait de cette manière. Les deux bras de cette machine étaient deux arbres placés debout à côté l'un de l'autre et arrêtés au bas de la machine comme le mât d'un navire. Les deux bouts d'en haut se rapprochaient des trous du chapiteau, quand on les tirait avec des cordes qui passaient par ces trous.

Une autre description:

1.                             Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe ... 
Engins offensifs avant l'artillerie à feu. Vitruve parle de trois machines propres à l'attaque: les catapultes, les scorpions et les balistes. ...
kiwisource-fr.y-project.com/.../Dictionnaire_raisonné_de_l'architecture_française_du_XIe_au_XVIe_siècle_-_Tome...

Catapulte a ressort (ou a lame de bois) lire Baliste
On se servait aussi d'un engin à ressort, dont la puissance était moindre, mais dont l'établissement était plus simple et pouvait se faire en campagne avec le bois qu'on se procurait, sans qu'il fût nécessaire d'employer ces crémaillères et toutes ces ferrures qui demandaient du temps et des ouvriers spéciaux pour les façonner. Cet engin est fort ancien et rappelle la catapulte des Romains de l'antiquité. Il se compose (18) d'un arbre vertical cylindrique, avec une face plate (voy. le plan A) tournant au moyen de deux tourillons. À la base de cet arbre est fixé un châssis triangulaire posé sur deux roues et relié audit arbre par deux liens ou contre-fiches. Des ressorts en bois vert sont fortement attachés au pied de l'arbre avec des brides en fer et des cordes de nerfs. Un treuil fixé sur deux montants, entre les contre-fiches, est mu par des manivelles et roues d'engrenage. Un bout de corde avec un crochet est fixé à l'extrémité supérieure du ressort, et une autre corde, munie d'un crochet à bascule B, s'enroule sur le treuil après avoir passé dans une poulie de renvoi. Quatre hommes amènent le ressort. Un dard passe par un trou pratiqué à l'extrémité supérieure de l'arbre D, et un support mobile à fourchette E, s'engageant dans les crans d'une crémaillère F, permet d'abaisser ou de relever le tir, ainsi que le fait voir le profil G. Lorsque le ressort est tendu, le pointeur fixe le dard, fait mouvoir le châssis inférieur sur sa plate-forme suivant la direction du tir et, appuyant sur la cordelle C, fait sauter le crochet: le ressort va frapper le dard à sa base et l'envoie au loin dans la direction qui lui a été donnée. La fig. 19 donne le plan de cet engin.

 

Histoire générale de l'artillerie, Volume 1
 Par Jean-Baptiste Brunet
         Page 4
Baliste
 a lames de bois
 
La troisième espèce de machines était la catapulte modifiée de manière à obtenir le tir horizontal. A cet effet un auget perpendiculaire à la traverse supérieure servait de canal directeur. Le projectile était placé dans ce canal de manière à déborder un peu la surface postérieure de la traverse, Il était frappé par le bras quand on lâchait le déclic et se trouvait chassé au loin par cette impulsion subite. L’emploi de cette machine fut peu répandu.

Instruction théorique et pratique d'artillerie à l'usage des élèves de l ...
 Par Charles Victor Thiroux
Page XII
 
Scorpion a lames de bois, voir Baliste
 
Sous la domination romaine les machines de guerre furent souvent employées dans les Gaules et se conservèrent longtemps dans les villes après l’établissement des Francs. En 886 on employa les catapultes et les machines de guerre pour la défense de Paris assiégé par les Normands. La catapulte de cette époque avait pour moteur un fort brin de bois de frêne fixé sur un châssis vertical et qu’on forçait à se courber en arrière, ce bras abandonné à lui même venait en vertu de son élasticité frapper contre un trait contenu dans un canal assemblé sur la traverse supérieure du châssis. Les projectiles consistaient principalement en traits en bois de 5 pieds( 1,482m) de long terminés par une pointe de fer, la portée de ces traits était d’environ 125 pas( 92,625m) quelques uns tuèrent ou blessèrent 4 ou 5 hommes a la fois.

Scorpion monancone, voir baliste
Dans certains ouvrages, nous trouvons une baliste ou engin monancone ayant pour moteur un écheveau de fibres animal.
Quelquefois le haut de la machine portait un canal disposé presque horizontalement, dans lequel on plaçait un trait, et contre lequel le bras vertical venait frapper.

 
catapulte_falae.jpgL'armée Carthaginoise lançant des phalariques rougies au feu pour incendier des ouvrages d'une ville.
Cette machine ressemble fort a la définition du scorpion [baliste] monancone.Mais souvent les historiens nomment  les machines, catapultes.
Se reporter aussi a la rubrique: recherches sur la phalarique.




Les balistes et catapultes avaient pour moteur la force de torsion des cordes ou l’élasticité des bois.

Angon catabalistique. ,,Machine de guerre formée d'un arbre sur pied dépouillé de ses branches, ou d'un montant de bois vert planté verticalement en terre et courbé de force au moyen d'un cordage. Il faisait ressort lorsqu'on lâchait la corde, et venait frapper un trait ou une pierre qu'il poussait au loin.`` (Besch. 1845).
 
oxibole romain     google
Le Spectateur militaire: Recueil de science, d'art et ...
books.google.fr/books?id=m6o8AAAAYAAJ
Les machines se conservèrent et se perfectionnèrent les Byzantins Anne Comnène fait grand récit de la de leur action elles jetaient les brandons les le feu grégeois elles s appelèrent suivant leurs et leur système angon catabalistique anisocycle ressort de montre doribole jetant des lances qui va devant soi lithobole à pierres à un seul style ou verge oxibole lançant avec violence palyntone tendu à rebours pé pierrier polybole à divers projectiles







 

Date de création : 15/03/2011 @ 17:13
Dernière modification : 13/02/2017 @ 16:24
Catégorie : Antiquité
Page lue 5167 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^