Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Antiquité - Oxybèles de transition
L’origine de la torsion sur une oxybèles
 
Oxybèles que j’appellerais, oxybèles de transition
 
Quand on voulut augmenter encore la grandeur et la portée du projectile, on conserva l’ensemble de la machine précédente, mais on changea la nature de l’arc. Les branches de celui-ci furent remplacées par deux bras (battant) de bois rigides dont l’une des extrémités était fixée à la corde archère et dont l’autre s’engageait dans le milieu d’un faisceau de corde issu de fibres d’animaux. On enroulait une corde fine et fortement tendue autour des semelles d’un cadre en bois fixé sur l’arbier de l’ancienne machine. On avait soin de disposer régulièrement cette corde en rangs très serrés et superposés, de battre chaque rang séparément et successivement avec un maillet, de manière à bien serrer les brins les uns contre les autres.
Le bout libre de la corde était ensuite arrêté dans le faisceau.
Quand l’extrémité du bras était engagée entre les deux moitiés du faisceau, on insérait entre celui-ci et la partie supérieure des semelles des tasseaux de fer, qui amenés au biais, tordaient fortement les brins et par la suite provoquaient un serrement énergique sur le bras.
On ne tarda point à apporter à ce système primitif de torsion un perfectionnement notable.
La semelle et le chapeau du cadre furent formé chacun d’une épaisse pièce de bois, percée d’une ouverture circulaire, équipée d’une garniture, dans un premier temps en bois, puis en bronze, barillet ou modiolis (modiolus), munie de rainures dans laquelle s’encastrait une clavette (cuneolus, choenices) ou on enroulait les brins de la corde formant le faisceau.
Les cordes ainsi préparées étaient tendues et enroulées en écheveaux sur les clavettes au moyen d’un appareil qui permettait d’obtenir une tension égale pour chaque brin, sur les deux cordes en même temps, tension que l’on constatait en faisant vibrer avec la main, jusqu’à ce qu’il donnât une note déterminée sur chaque corde, cette machine s’appelle le tendeur ou entonion.
oxybele_de_transition_2.jpg
maquette ech. 1/25

Date de création : 09/01/2011 @ 16:00
Dernière modification : 30/01/2011 @ 18:42
Catégorie : Antiquité
Page lue 4692 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^