Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Machines de sièges - tribole
tribole

Dans images   google   des triboles remale.org
ATHÉNÉE
TRAITÉ DES MACHINES  
Oeuvre numérisée par Marc Szwajcer
<Des triboles.> — Dans les lieux difficiles et escarpés, on ne peut point faire avancer de machines, à cause de la difficulté du terrain. Elles ont surtout à souffrir des choses que les assiégés précipitent du haut des créneaux, telles que les énormes pierres, les grosses meules et autres masses semblables, qui, portées par leur propre élan, amènent des chocs d’une violence irrésistible. [P. 38]Il faut donc que celui qui se trouve dans des circonstances semblables, se prémunisse par les dispositions suivantes :
28. — Il faut construire des Triboles (τρβολοι) ayant cinq coudées (2,30 m) de tour à la base et en nombre suffisant pour entourer l’emplacement et le mettre à l’abri des projectiles; car, les triboles supportant journellement le choc des pierres, il devient nécessaire d’établir trois ou quatre rangs. On les établit en effet dans le but d’arrêter tous les projectiles, et il faut que tous les points de l’emplacement soient protégés par eux.  
 
1.                             Philon de Byzance : Traité de fortification
 
51. — Il est utile d’avoir des triboles (τριβλους) avec lesquelles on dépique le blé[88] et des poutres munies de crochets d’ancre ou de fourche, afin d’éloigner et de renverser les échelles qu’on cherche à placer contre le mur.[89]
88  Autrefois, pour retirer le blé de l’épi, on répandait les gerbes sur l’aire; on en formait une couche d’environ 50 centimètres d’épaisseur; on les faisait ensuite fouler par les pieds des bêtes de somme marchant circulairement et trainant en général une machine à égrener. Cette machine, à ce que nous apprend Varron (De re rustica i, 52), se composait d’une planche hérissée de cailloux ou de tourtes de fer et sur laquelle était placé un poids considérable. Elle est encore en usage dans presque toute l’Espagne sous le nom de trillo, et le comte de Lasteyrie la décrit dans sa Collection de machines employées dans l’économie rurale : le trillo a environ deux mètres de long sur un mètre de large; ses dents sont habituellement faites avec des éclats de silex. (Voir encore Columelle, ii, 21; Pline, Hist. nat., xviii, 72.)
La machine a dépiquer le blé, ou a séparer les grains de l'épi, se compose d'un lourd assemblage de poutres ou madriers, donc on utilise le même assemblage pour se protéger des projections ennemi, et du même nom.
89 On se servit de ces sortes de fourches dans la défense d’Oringe, en Espagne, contre Scipion

Date de création : 16/07/2010 @ 20:06
Dernière modification : 16/07/2010 @ 20:22
Catégorie : Machines de sièges
Page lue 4899 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^