Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Histoire - l'artillerie rétromécanique

L'artillerie rétromécanique



Les premières machines de ce type étaient de taille modeste : actionnées par traction humaine, leur usage était principalement défensif. Puis, la taille augmentant, elle devinrent également des engins d'assaut.

- l’accumulation d’une charge à l’extrémité d’un bras de levier, l’autre extrémité étant munie d’une fronde. C’est le principe du fléau. C’est l’artillerie rétromécanique.

 

Ces engins étaient constitués d’une longue pièce de bois pivotant verticalement sur un support, et de telle manière qu’un des bras soit plus long que l’autre. A l’extrémité de la partie courte étaient fixées des cordes permettant la traction par plusieurs dizaines d’hommes. A l’extrémité de la partie longue, les deux lanières d’une fronde, dont une pouvait se libérer, était fixées. En exerçant une traction violente sur les cordes, la partie longue se redressait, tandis que la fronde entamait un mouvement

circulaire, jusqu’à ce que la lanière libre se désolidarise, et par la même occasion projette le projectile selon une courbe parabolique.

Si la distance de tir était relativement modeste, plus ou moins 150 mètres, les masses des projectiles étaient nettement supérieures à celles qu’envoyaient les premières machines névrobalistique.

Détail du bas relief et son relevé

de l'Eglise Saint Maximin de

Carcassonne (12ème siècle

Dessin de Hoffmeyer (1966) d’après un manuscrit réalisé par Petrus de Ebulo aux

alentours de 1187-1200.
Voir aussi un article complémentaire, l'artillerieà balancier.

Voir l'origine de ce texte dans les liens ISC-CFHM-IHCC

FRONDIBALE

(fron-di-ba-l') s. f. Ancienne machine de guerre, composée spécialement d'une longue poutre mobile dans un plan vertical autour d'un axe qui la partageait en deux bras de levier inégaux. La chute brusque d'un contre-poids placé à l'extrémité du bras le plus long déterminait un mouvement de rotation par suite duquel les projectiles portés par le petit bras étaient lancés comme par une fronde
59. La frondibale, qui était une longue pièce de bois se mourant dans un plan vertical au moyen d'un axe porté sur deux montants qui la traversaient, de façon à former deux bras inégaux; le plus court portait, dans une caisse ou dans un sac de cuir, des pierres; à l'autre bras était lié un contrepoids très lourd. On plaçait la pièce horizontalement, le contrepoids dégagé brusquement faisait lancer les pierres avec violence; des hommes tirant avec des cordages sur la longue branche pouvaient remplacer les contrepoids
 

1.                             Journal des sciences militaires - Résultats Google Recherche de Livres
1833 - History
La frondibale , qui était une longue pièce de bois se mourant dans un plan vertical.au moyen d'un axe porté sur deux mon- tans qui la traversaient ...
books.google.fr/books?id=la3fZSqN6tQC...


 


Date de création : 08/11/2009 @ 16:17
Dernière modification : 03/07/2010 @ 19:08
Catégorie : Histoire
Page lue 4436 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^