Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Histoire - auteurs latins célèbres de l'artillerie antique
Auteurs célèbres de l'artillerie antique

Végèce, Flavius Vegetius Renatus, auteur latin de la fin du IVe et du commencement du Ve siècle. Il composa, entre 383 et 450, un Traité de l'art militaire en cinq livres (Epitoma rei militaris), dédié à un empereur, vraisemblablement Théodose II. Végèce, il vit à une époque ou Rome est en décadence, veut lui rendre son ancienne force, il puise des préceptes dans les ordonnances des empereurs et chez les écrivains antérieurs d'époque très différente (Caton, Celse, Frontus, Paternus), sans distinguer suffisamment entre les témoignages, ce que les modernes sont obligés de faire pour tirer parti de l'ouvrage dont le sommaire est le suivant :
Livre I. La levée des recrues; l'instruction des jeunes soldats.
Livre II. L'organisation de la légion dans les anciennes armées romaines.
Livre III. Eléments de stratégie et de tactique.
Livre IV. L'attaque et la défense des places.
Livre V. La tactique navale.
Ammien Marcellin était Grec d'origine, né probablement à Antioche, de parents inconnus, mais gens de naissance ; car Ammien se donne la qualité d'ingenuus,(noble) Il servit très jeune, sous le règne de Constance, dans une cohorte de cavalerie que commandait en Orient un certain Ursicinus, homme de guerre distingué, qu'il vante en plusieurs endroits de son livre. On le voit ensuite entrer dans les protectores domestici, ou gardes du corps de Constance : c'était une milice recherchée. Jovien commença par être le collègue d'Ammien Marcellin : de «protecteur domestique» il devint «primicier de l'école», et de primicier empereur.

Apollodore de Damas, en grec πολλόδωρος était un architecte Phénicien, né à Damas (Syrie actuelle) entre 50 et 60 après J.-C. et décédé en 129 ou 130.Il fut appelé à Rome par l'empereur Trajan en 92. Il resta ingénieur et architecte de l'empereur jusqu'à la mort de ce dernier en 117. Il était aussi sculpteur et auteur de traités techniques, notamment sur les machines de guerre.Selon la tradition, l'empereur Hadrien l'aurait condamné à mort pour s'être moqué de plans qu'il avait élaborés.

 Athénée ingénieur de Byzance, vivait sous le règne de l’empereur Gallien dans le 3 S. Il est l’auteur d’un ouvrage sur les machines de guerre. impr dans le recueil des anciens mathématiciens, Paris 1695, in-folio, grec et latin.
Jordanès, évêque et historien goth du VIe siècle. Il se pourrait que son nom primitif eût été Jornandès; mais il se donne celui de Jordanès, Avant cela, il avait été notaire d'un prince. On sait seulement que Jordanès a été à Constantinople avec le pape Vigile en 551. Il se donne pour peu cultivé; pourtant il maniait la langue latine et entendait le grec.
C'est en latin qu'il a rédigé De Origine actibusque Gotarum (éd. princeps de Peutinger, Augsbourg , 1545, in-fol.); mais c'est un latin barbare, un style obscur, sententieux, recherché. Le tout est un résumé de l'Histoire des Goths de Cassiodore, et n'a de valeur que parce que l'oeuvre de Cassiodore est perdue; Jordanès présente les Goths comme identiques avec les Gètes; il veut ainsi faciliter l'union des Ostrogoths avec les Romains de Byzance; son grand espoir est donc de voir régner sur les Goths le jeune Germanicus, fils de Matasuinthe, la petite-fille de Théodoric, en même temps que fils de Germanicus, le frère de Justinien Ier; comme catholique.

 

Diades est un ingénieur militaire grec de la seconde moitié du IVe siècle. Il œuvra en Asie et à Tyr. Disciple de Polyeidos, il collabora avec Charias. Il est l'auteur d'un traité sur les machines de guerre.
Comme Eumène, Diadès est de ces personnages-clés dans l’entourage d’Alexandre. Il est en effet son ingénieur en chef. Par de nombreuses fois, Alexandre fit le siège de cités imprenables comme Tyr ou Gaza, traverser des fleuves dangereux. Le talent de Diadès conjugué à l’audace du roi permit à l’armée macédonienne de surmonter nombre d’obstacles.
 
 
DIADES ingenieur grec accompagna Alexandre dans toutes ses expéditions, inventa différentes machines de guerre telles que des tours mobiles un pont volant que l’on jetait sur les murailles des assiégées, un corbeau pour démanteler les remparts, etc. Vitruve rapporte que Diadès avait écrit un ouvrage sur la manière de construire le bélier à roues et des traités sur les machines de son invention
Bibliothèque historique et militaire ...

 Par François Charles Liskenne,Jean-Baptiste-Balthazar Sauvan
On attribue à Diades la tarrière, bélier pointu et roulant sur des cylindres; le corbeau démolisseur; et le tollenon, machine ascendante au moyen de laquelle on portait de plein pied des hommes sur le mur.


 
BITON mathématicien qui vivait du tems d’Alexandre le Grand ou un peu auparavant vers l‘an 3 3 5 avant Jesus Christ. II composa un traité des machines de guerre


Date de création : 05/04/2009 @ 18:18
Dernière modification : 28/11/2010 @ 18:29
Catégorie : Histoire
Page lue 4918 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^