Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Machines de sièges - défense d'un camp
Défense d’une place assiègée ou d’un camp :
L’enceinte d’un camp ou d’une place assiègée doit être protégé des incursions de l’ennemi par des palissades solidement fixées au sol.Le commandant de ce camp se réserve un ou plusieurs espaces protégés mobiles.
Dans l’antiquité
, l’ericius
Littéralement, hérisson ; nom donné à un engin qui servait à défendre les portes d’un camp ou place forte, et qui consistait en une grande poutre hérissée de pointes de fer et placée en travers de l’ouverture qu’on avait besoin de protéger.
chevaux_de_frise_romain.jpg

chevaux de frise Romain

pieux_romains.jpg
pieux Romain en chêne, taillés en pointe à leurs extrémités et amincis au milieu. Ils ont été retrouvés en assez grand nombre dans des camps rhénans, parfois marqués du nom de leur centurie
Les Romains fermaient leurs camps par des barrières armées de hami de grandes dimensions. Ces barrières ainsi construites se nommaient ericii, littéralement hérissons. On a trouvé plusieurs grands hami dans les fouilles exécutées à l’emplacement du camp de César au mont Saint Pierre dans la forêt de Compiègne
Catalogue des collections composant le Musée d'artillerie
 Par Octave Penguilly L'Haridon (pour l'ericii,et la chausse trappe)
Page 111
 
Hamus ferreus romain  Chausse trappe qu’on plantait en terre pour se garder des approches de la cavalerie. Ce fer qui offre la forme générale d’une baïonnette a l’une de ses extrémités taillée en pointe simple, l’autre en pointe barbelée. La pointe simple entre dans un piquet que l’on enfonce en terre en frappant avec une masse sur la partie coudée de l’hamus.


pointes_alesia.jpg
aiguillon a 4 branches, ou triboli



aiguillons.jpg
Aiguillon,les abords du camp sont piègés de chausses-trapes types aiguillons que l'on met au fond d'un trou....En avant sont fixés, très rapprochés les uns des autres, des aiguillons, stimuli , d'un pied de long, armés de broches en fer. Dans un mémoire sur le blocus d'Alesia, M. le capitaine du génie Prévost nous paraît avoir parfaitement compris comment étaient façonnés les stimuli dont parle César...

trou_du_loup.jpg
chausse-trape type trou du loup, fleurs de lys, ou lilia,trous coniques dans le sol de trois pieds de profondeur, en quinconce, au fond desquels on enfonce des pieux durcis au feu et aiguisés qui ne sortent de terre que de quatre doigts; ces pieux sont fixés solidement en foulant le sol autour d'eux; des ronces les cachent aux regards. Les trous de loup sont disposés sur huit rangs.
Il y a aussi des branchages épointés entrelacés que l'on ne peut pas défaire.
ordinairement, le fossé et talus forment un obstacle de 4 mètres de hauteur, augmenté par une palissade ( vallum ) au sommet.
Le parapet est garni de machines parfaitement stabilisées sur des soubassements terrassés.
Au sommet du parapet, derrière la palissade, des mottes d'herbe sont empilées sur 20 centmètres pour absorber les projectils ennemi qui pouraient blesser aux jambes les défenseurs.



RADIUS . Bâton, baguette, rayon. Branche d'un pieu de retranchement. Ce sens repose sur un texte de Tite-Live connu par un manuscrit unique, dont la leçon a paru suspecte, peut-être à tort. Par radii il n'est pas impossible qu'on désignât proprement les branches pointues et enchevêtrées, les piquants qui hérissaient les stipites et les valli, dans les palissades des camps romains
Google pieux de palissades romaines
Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences des arts ...
- Résultats Google Recherche de Livresde Jean le Rond d' Alembert, Denis Diderot - 1780
PALISSADE : barrière de pieux fichés en terre
books.google.fr/
books?id=Cw8PAAAAQAAJ...

Le rempart
Le camp était entouré d'un remblai de terre enlevée préalablement du fossé devant le rempart. Il mesurait parfois 12 pieds (= +ou- 3,60 m.) en hauteur et 3 à 4 pieds (= +ou- 0,90 m. à 1,20 m.) en largeur. Du côté intérieur il était, sinon partout, du moins en beaucoup d'endroits, en forme d'escalier, de sorte que les soldats et l'artillerie pouvaient y prendre place.
Le remblai était surmonté d'une palissade de valli (palis, pieux) qu'on renforçait parfois d'une lorica, parapet en branchages.
Agger (remblai) et valli réunis s'appelaient vallum, rempart. Le vallum était interrompu devant les portes fortifiées par des tours, des claviculae et des ericii, chevaux de frise (poutres hérissées de pointes de fer).
Le fossé Le fossé (fossa) d'un camp pour une nuit mesurait d' ordinaire + ou - 5 pieds en largeur sur 3 en profondeur . Il était presque toujours creusé en forme de V.
Il va de soi que sa profondeur, et par conséquent la hauteur du remblai, augmentaient en proportion du danger couru en pays ennemi. Creusé à une plus grande profondeur, son profil affectait la forme d'un trapèze. Parfois ses parois étaient hérissées de ronces. Parfois aussi on creusait deux fossés parallèles.

http://www.crdp-strasbourg.fr/imageecole/romeRhin01/dossier_fr.pdf
LA PALISSADE DU LIMES

Sous le règne de l'empereur Hadrien, vers 120 après J.-C., les Romains construisirent une palissade ininterrompue en pieux de bois pointus destinée à protéger le chemin et les tours de guet du limes.
palissade_du_limes.jpgLa vue représente un tronçon de cette palissade reconstituée au lieu-dit Zugmantel, au nord de Wiesbaden.

REMBLAI, FOSSÉ ET PALISSADE DU LIMES

A la fin du IIe et au début du IIIe siècle, les Romains aménagèrent encore, entre la palissade(vallum) et le chemin, un fossé (fossa) doublé d'un remblai (agger) du haut duquel ils dominaient avantageusement les ennemis qui avaient réussi à escalader la palissade. La vue présente les installations défensives du limes reconstituées "in situ" près de la Saalburg(au nord-ouest de Francfort-sur-le-Main).

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Rempart.de.pieux.png



Fossé du camp primitif:
Au centre du camp actuel, on observe encore les vestiges du premier camp en bois. Le rempart était formé par deux rangs de poutres treillissées reliées les unes aux autres par de la terre. Aux quatre coins s'élevait une tour de bois soutenue par quatre pieux verticaux.
http://membres.lycos.fr/fabdumont/latin/L'arm%E9e.htm
Le camp peut être considéré comme une caractéristique de l’armée romaine. Après une journée de marche, les soldats doivent construire un nouveau camp. Il ne faut pas oublier que les soldats marchent toute la journée chargés de leurs armes et d’un pal (un pieu de bois) qui leur servira à construire une palissade.http://mairie.ansacq.chez-alice.fr/ansacq2.htmlLe mot Plessis (ou Plessier) est un mot apparenté à Palis ou Palissade, il signifie "rangée de pieux" (dérivé de Pal, ancienne forme du mot pieu, du latin Palus).Plessis ou plessier désignait une sorte de parc fermé de pieux
http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20081116102525AABh1mi
Le mot croix n'existe pas dans les écritures Le terme exacte est qui veut dire poteau en francais. Stauros, tant en grec classique qu’en koinè, n’emporte aucunement l’idée d’une “ croix ” faite de deux pièces de bois. Il désigne exclusivement un poteau vertical, un pieu ou un pilier, ou perche, comme on pourrait en utiliser pour élever une palissade. Le Dictionnaire encyclopédique de la Bible par A. Westphal (Valence-sur-Rhône, 1973, tome premier, p. 257) dit à l’article “ Croix ” : “ Le mot croix [...] traduit (comme crux de la Vulg.) le gr. stauros, qui signifie d’abord pieu (élément de palissade ou de fortification), pal (instrument de supplice employé par Assyriens, Perses, Carthaginois, Égyptiens), ou encore poteau auquel était attaché ou suspendu le supplicié jusqu’à ce que mort s’ensuivît.
http://fr.wikipedia.org/wiki/PauVille de Pau

La tradition fait de ce toponyme une déformation du mot « pal » (pieu) car le château initial était entouré d’une palissade.

Type de protection romaine à Alésia
details_travaux_romains.jpg
 Cippi:
troncs d'arbres ébranchés en pointe et entrelacés pour former une haie épineuse.

 LIs : trous du loup

 stimuli : aiguillons que l'on met au fond d'un trou.

 tribuli : aiguillon métallique à 4 branches répandu dans l'herbe











Date de création : 29/03/2009 @ 16:22
Dernière modification : 16/07/2010 @ 19:58
Catégorie : Machines de sièges
Page lue 6224 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^