Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
matériaux de construction - métallurgie du fer
Notion de métallurgie du fer pour comprendre la fabrication et le forgeage des structures des catapultes Romaines.

Métallurgie du fer

age du fer -

Des milliers de clous de fer sont employés, par exemple, pour joindre les poutres ... de l’Antiquité, et que l'on rattache au premier âge du fer. ...
fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761578781/age_du_fer.html - 44k

La métallurgie du bronze et celle du fer sont très différentes. Le principal avantage du fer sur le bronze est que les minerais dont il est tiré sont très répandus, contrairement à ceux de cuivre et de l’étain dont l'approvisionnement nécessite un commerce à longue distance et des produits de valeur à échanger. C’est aussi un métal pur et non un alliage. Il est plus résistant et plus léger que le bronze, mais plus difficile à travailler. Il ne fond qu’à une température très élevée, à près de 1540 °C.
.Minerai :Il n'existe pas à l'état naturel natif mais est le 2° métal le plus important de la croûte terrestre sous forme d'oxyde Fe2O3
Dossier > L'âge du fer : quelques étapes - Le fer tombe le masque
Le port antique était un port lagunaire abrité par un cordon littoral appuyé sur la ... le fer étant favorable à la fixation de calcaire, et il est aussi ...
www.futura-sciences.com/fr/doc/t/chimie/d/le-fer-tombe-le-masque_565/c3/221/p3/ - 259k -
C'est le fer météoritique utilisé depuis des temps immémoriaux qui a donné naissance au mot sidérurgie : de sideros - astre - et ergon - travail. De même sidérer - frapper de stupeur - vient de siderari - influence des astres. Ce fer météoritique était encore utilisé relativement récemment par les Inuits par exemple.
Au XVIIIème siècle avant J.-C., à Alalakh (frontière turco-syrienne), des tablettes cunéiformes hittites signalent une production d'armes en fer. On a retrouvé des poignards en fer au Moyen-Orient. On fait aussi fait référence à la «lettre» deEn 1000 av.J.-C. environ, la métallurgie du fer concernait la Grèce, la Thrace, la Turquie, le Moyen-Orient et le nord de la péninsule Arabique, mais on sait très peu de chose sur la métallurgie du fer en Afrique proche pour ces périodes. Le premier fer obtenu était sans doute un sous-produit de l'industrie du bronze puisque les métallurgistes utilisaient du minerai de fer comme fondant à l'époque.
Au VIIème siècle les Grecs avant J-C savaient produire de l'acier par cémentation dans les fours de potiers : ils plaçaient un pot contenant des feuilles de fer et du charbon de bois dans le four et vers 900 degrés : un peu de carbone passe dans le réseau métallique pour se « coincer » entre les atomes de fer.
http://www.numilog.com/package/extraits_pdf/e239389.pdf PDF]
fer primitif, l'acier forgeron
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Version HTMLle fer météorique et le fer à. l'état natif dit tellurique. La métallurgie du fer est apparue dans les sociétés antiques postérieurement à celle de l'or ...
www.numilog.com/package/extraits_pdf/e239389.pdf

Du fer primitif à l'acier du forgeron
Depuis l'Âge du fer et jusqu'au XIXe siècle dans certaines régions du monde : par réduction du minerai avec du charbon de bois dans un bas fourneau ou bas-foyer : on obtient, sans passer par une phase liquide, une masse hétérogène de fer et d'acier appelée « loupe », « massiot » ou « éponge de fer ». Cette masse de métal brute se forme en incorporant plus ou moins de scories (déchet minéral de la réduction) et de porosités. Afin de rendre le métal propre à l'élaboration d'objets, la « loupe » peut être brisée et triée par type de teneur en carbone ou plus simplement être directement compactée à la forge. Ce travail, dit d'épuration, varie en fonction des régions et des cultures techniques. Globalement, son principe consiste à évacuer la scorie et à souder les différentes parties de la masse de métal. On parle de cinglage pour l'étape consistant à marteler le métal à chaud pour évacuer la scorie et de corroyage pour désigner la fin de l'opération d'épuration, consistant à réaliser plusieurs passes à la forge en repliant et en soudant le métal sur lui-même.
. Clou On fabrique des clous à partir ...
800 x 533 - 36 ko - jpgwww.periodieksysteem.com
PREPARATIONS D'AUTREFOIS
Les Hittites (en Asie; environ en 3000 avant Jésus-Christ) ont vraisemblablement été les premiers à réussir à préparer du fer à l'aide de charbon de bois. Pour des raisons stratégiques - la production d'épées et de boucliers -, ils ont tenu ce procédé secret, mais après la chute de leur royaume (approximativement en 1200 avant Jésus-Christ), elle est devenue accessible pour d'autres peuples, ce qui a donné lieu à l'âge du fer.
Approximativement vers 800 avant Jésus-Christ, on commence à exploiter le minerai et à fabriquer du fer en Europe (dans les Balkans et en Autriche). La découverte de la fabrication du fer à l'aide de coke correspond au début de la révolution industrielle.
Auparavant, on fabriquait l'acier par réduction du minerai de fer avec du charbon de bois dans un four. Toutefois, il n'était pas liquide et il ne pouvait être libéré des scories et des impuretés qu'il contenait que via un forgeage de longue durée. Plus tard, on est parvenu, entre autres en soumettant l'air de la soufflerie à un chauffage préalable, à élever la température au cours du procédé à un point tel que le fer absorbe plus de carbone, donnant lieu à la diminution du point de fusion.
Toutefois, le fer obtenu était cassant et ne pouvait être forgé. Par combustion du carbone dans le fer, on a obtenu un type d'acier qui, tout en manifestant une aptitude au forgeage, contenait encore un grand nombre d'impuretés.

La découverte de la matière : la métallurgie antique. ... L'airain ou bronze remplaçait primitivement le fer dans la fabrication des armes, des instruments
Le fer a le défaut de se rouiller, de s'oxyder, très promptement au contact de l'air et de l'eau. Les anciens ne l'ignoraient pas, et ils cherchaient comme nous, à y remédier. Le moyen dont ils se servaient le plus souvent était une sorte de vernis, nommé antipathie; c'était un mélange de poix liquide, de plâtre et de céruse (Pline). La rouille et l'eau ferrée (qu'on préparait en éteignant dans l'eau des clous rougis au feu) étaient employées, bien avant Galien, dans le traitement des pâles couleurs, de l'anémie et de la dysenterie.Si des reconstitutions vous interressent, voir le lien métallurgie antique, page 2.

La Sidérurgie antique dans le Bas Maine
Florian Sarreste
Le Bas Maine (département de la Mayenne, ouest de la Sarthe et sud-ouest de l’Orne) reprend les contours de la cité antique des Diablintes. Les recherches anciennes et quelques découvertes ponctuelles indiquaient ici la présence probable de zones de production sidérurgique antérieures au XVe s. et à l’apparition du haut-fourneau dans cette région. La présente étude le confirme. L’utilisation de différentes méthodes de recherche documentaire et les vérifications au sol ont permis d’enregistrer plus de 420 sites liés à la réduction directe qui forment des zones de production, dont les plus importantes se trouvent à la limite des départements de la Sarthe et de la Mayenne. L’approche régionale a été complétée par la fouille d’un atelier de réduction directe du minerai de fer d’époque romaine. Les structures mises au jour à cette occasion ainsi que les analyses archéométriques menées sur les vestiges collectés ont permis d’apporter des éléments nouveaux sur l’organisation de la production du fer durant l’époque romaine, la plus représentée dans la région, et de proposer l’existence de variations techniques au sein de la filière de réduction directe du fer. La mise en perspective de ces résultats permet de dresser un tableau de nos connaissances sur la sidérurgie ancienne du fer dans le Bas Maine et de proposer un éclairage nouveau sur les facteurs techniques sociaux et économiques liés à cette production.

l'acier egyptien sous ptolémée
Les métaux dans l'Ancien Monde du Ve au XIe siècle
books.openedition.org/editionsehess/276?lang=fr
Mais bien d’autres sources d’approvisionnement en fer existaient dans l’Empire romain et, tout d’abord, en Gaule, la vaste zone de dépôts tertiaires ferrugineux, gisements affleurants, qui s’étend de Cologne à Bourges, où le minerai pisolithique est facile à recueillir à la surface du sol ou à une faible profondeur, facile aussi à fondre dans des bas fourneaux primitifs selon les conditions techniques du moment. Nous savons qu’au ive siècle, huit manufactures officielles d’armes existaient sur le sol de la Gaule ; il y en avait trois près des frontières et trois près des gisements de matière première : on fabriquait des épées à Reims, des épées et des boucliers à Amiens, des boucliers et des balistes à Trèves ; des boucliers, des cuirasses et des balistes à Autun, des flèches à Mâcon ; enfin, Argenton, grâce aux ferrières du Berry, était le siège de la plus importante de ces manufactures.




Date de création : 06/01/2009 @ 14:10
Dernière modification : 13/02/2017 @ 16:35
Catégorie : matériaux de construction
Page lue 5104 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^