Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
matériaux de construction - métallurgie du bronze
Pour la compréhension de la fabrication des éléments de machines Romaine, voici quelques notions de métallurgie antique.

Le bronze antique.
Le bronze ou airain est un alliage de cuivre et d'étain. Dans l'antiquité le terme est utilisé pour désigner d'une façon noble le bronze. L'Âge du bronze (-4000 à -800 en France) est également appelé « l'âge d'airain ».L'étain était connu dans l'Antiquité sur toute la planète. Le nom d'origine latine stannum ou stagnum fut d'abord utilisé pour un mélange d'argent et de plomb.
Le bronze, mélange de cuivre et d'étain, est le premier alliage qui a été réalisé et utilisé par l'homme. Son influence fut si grande qu'une période de la préhistoire (protohistoire) fut appelée « âge du bronze » en référence à cet alliage (d'environ 2000 à 800 avant J.-C.). Le nom « bronze » viendrait de Brindisi, ville d'Italie, célébre dans l'antiquité par sa métallurgie du bronze. En Mésopotamie, à Ur, on a trouvé des objets en bronze datés de 5000 ans avant Jésus-Christ
Le bronze, un des nombreux alliages constitués principalement de cuivre (en général plus de 80 p. 100 en poids) et d'étain. Ancien ou moderne, le bronze contient toujours un autre métal. Le zinc, le plomb et l'argent étaient ajoutés aux alliages de bronze par les fondeurs grecs et romains pour confectionner outils, armes, pièces de monnaie et objets d'art
De faibles concentrations d'éléments comme l'arsenic sont parfois présentes naturellement dans les gisements de cuivre, et facilitent le coulage du métal et son durcissement. Mais c'est en ajoutant 10 à 15 p. 100 d'étain au cuivre qu'un alliage bien plus dur, le bronze, a été créé : facile à couler (d'une plus grande fluidité), il pouvait être moulé et aussi aiguisé afin d'obtenir un tranchant résistant et réaffûtable, tandis que les outils usés ou cassés pouvaient être refondus et moulés à nouveau. La plupart des objets en bronze (épées, pointes de lances, haches, couteaux, épingles et broches) étaient obtenus par moulage. D'autres objets comme les boucliers étaient fabriqués à partir de feuilles de métal mises en forme au marteau.
La métallurgie du bronze s’est développée dans l'ouest de l'Asie au cours du IVe millénaire av. J.-C. et dans l'Ancien Monde (Europe, Afrique, Asie) vers la fin du IIIe millénaire. Elle a vraisemblablement été découverte dans l'est de l'Asie, en 2000 av. J.-C. d'une façon autonome. La technique de la fonte à la cire perdue est apparue vers 3200 av. J.-C. en Mésopotamie. Les moules en terre cuite utilisés pour cette technique étaient brisés afin de libérer l'objet. Le bronze a remplacé le cuivre à l'arsenic au Proche-Orient à la fin du IIIe millénaire probablement grâce à l'importation d'étain des îles Scilly en Cornouailles (îles Cassitérides pour les Anciens).

La fusion du bronze est inférieure a 1000°c

Au cours de la fusion on remet du charbon de bois et il faut vérifier ... Dans ce cas on favorise la bonne coulée du bronze et il refroidit assez lentement.
http://www.google.fr/search?hl=fr&q=point+de+fusion+du+bronze+antique&meta=lr%3Dlang_fr
site donnant des explications de la fusion du bronze et cire perdue
alliages :laiton (Cu+Zn) bronze(Cu+Sn)
L'airain ou bronze remplaçait primitivement le fer dans la fabrication des armes, des instruments aratoires, des outils employés dans les arts, etc. Mais si ce fait est facile à démontrer par l'analyse, il est extrêmement malaisé de déterminer exactement l'époque à laquelle appartenaient ces instruments. En traitant la limaille de cet alliage de cuivre par du vinaigre, on obtenait l'oerugo des Romains. Ce même nom se donnait aussi à la matière qu'on obtenait en chauffant des clous de bronze ou de cuivre saupoudrés de soufre dans un vase de terre, et exposant le produit de la calcination à l'humidité. Enfin, les Anciens appelaient tantôt oerugo, tantôt chalcanthos, chalcitis, scolecia, misy, siry, la matière purvérulente qui s'engendre, sous forme de taches vertes, à la surface du cuivre ou des alliages de cuivre, exposés à l'influence d'un air humide.
Mais si le nom était le même, la substance à laquelle il s'appliquait était loin d'avoir toujours la même composition : l'oerugo, préparé à l'aide du soufre, était le sulfate de cuivre (couperose bleue); l'oerugo obtenu au moyen du vinaigre était l'acétate de cuivre, et celui qui se produit naturellement était le carbonate de cuivre (vert-de-gris). Cette distinction est importante pour l'interprétation exacte du texte des anciens, d'autant plus que l'oerugo a longtemps été traduit par verdet ou vert-de-gris.
Sans doute les Grecs et les Romains n'avaient aucun moyen pour distinguer ces différentes substances entre elles. Mais si l'analyse chimique n'était pas encore née, il n'en était pas de même de la falsification qui, comme le mensonge, semble dater de l'origine de l'espèce humaine.

En conclusion après des recherches sur la toile, livres et reportages télé,(des racines et des ailes du 07 01 09, par exemple)le bronze antique était précieux, quant il n'avait plus d'utilité il était refondu. C'est pourquoi, lors de fouilles, les éléments en bronze sont rares.
Si des reconstitutions vous interressent, voir le lien métallurgie antique, page 2.

Date de création : 06/01/2009 @ 11:42
Dernière modification : 25/01/2009 @ 16:14
Catégorie : matériaux de construction
Page lue 5703 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^