Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Histoire - notion de jet
Notion de jet

 Pour se nourrir, l'homme chasse,  le gibier devenant difficile à tuer, il fini par lancer des projectiles divers, tel que pierres, pieux de bois, lances, sagaies, javelines, etc.
Il a donc utilisé ses bras pour ces jets.Pour la propulsion, on trouve des systèmes différents, comme par exemple un lacet de cuir ou cordelette de chanvre, soit fixé sur la lance, ou utilisé comme une fronde, (voir amentum.) la plumbala des Romains ( bas empire )sorte de flèche équipée d’une boule de plomb.
Avec le temps, l’homme découvre des moyens pour augmenter la portée des projectiles jusqu'à sa proie.
Le propulseur de javelines, prolongement du bras, soit en bois ou cornes de cervidés.javeline_et_propulseur.jpg
propulseur_et_sagaies.jpg
amentum.jpg
La chasse au propulseur et sagaie, la fin d’une époque
En Europe, à la fin de la dernière glaciation, l’arc et la flèche supplantent la plus ancienne arme de jet à longue distance, le propulseur et la sagaie : grâce à elle, durant des millénaires, les chasseurs parcourant les steppes glaciaires avaient ramené au campement de quoi nourrir le groupe. Du fait de son pois important, la sagaie, lancée grâce au propulseur, possédait une grande force de pénétration mais la précision du tir représentait à peine le tiers des capacités de l’arc et de la flèche..Dessin B. ClarysPremiers témoignagesC’est en Europe du Nord que l’on a découvert les arcs et les flèches les plus anciens.Les flèches en bois de pin mises au jour à Stellmoor, près de Hambourg, remontent à environ 10 000 ans avant J.-C. Les hampes étaient équipées d’une partie distale amovible et de pointes de silex acérées.Les deux arcs en bois d’orme identifiés à Holmgard (DK) sont plus jeunes d’environ 3000 ans.Flèche de Stellmoor (Allemagne), environ - 9 800 ans.

On distingue bien le lacet double.Il faut le fixer sur le 5ème de la longueur du manche en partant de l'arrière.Les anglo-saxons nomment la flèche polynésienne: "french arrow"!!La forme la plus petite proche de la flèche polynésienne est décrite par Polybe lorsqu'il parle de la guerre contre Persée, il les appelle "Cestrus" ou "Cestrosphendone" et leur donne une longueur de 2 coudées. Les macédoniens s'en servent contre les romains en leurs causant de grandes blessures. Une vidéo qui montre le lancer (même si on ne voit pas bien l'arrivée):http://www.marsh74.pwp.blueyonder.co.uk/swissarrow/neil.avi
La lance à propulseur
la lance à propulseur empennée (ou pas) (dard, amentum, tragula, cestrus) apparaît peut-être vers la fin Vème av.J.C. Elle est au moins attestée en Grèce époque héllennistique, et pendant la guerre des Gaules (mataris, gaesum). On la trouve en Angleterre à la seconde moitié du XIIIème, et fin XVème, en Irlande du VIIème jusqu'au XVIème, en Espagne aux XIV-XVème, en Italie à la fin du XIVème, en France IXème-Xème, XII, et fin XVème, en Autriche au XVème, en Russie au XIIIème et au moyen orient de la fin XIIIème au début XIVème. Il y a plusieurs façons de lancer: avec sangle fixée sur la hampe vers le centre, sangle amovible placée au 1/5ème de l'arrière, avec le doigt sur une encoche à l'arrière, et peut-être comme une fléchette en la tenant près de l'empennage dans ce cas ce n'est plus une javeline propulsée. Le propulseur (atlatl) ne semble pas utilisé au Moyen age. On trouve à peu près 3 catégories de tailles: un peu plus long qu'une flèche, de 90 cm à 1 m, et la hauteur d'un homme. Il n'y a pas de rapport entre la taille et la façon de lancer. Il ne semble pas y avoir de styles de pointes particuliers, l'empennage aussi est de forme et taille variable, voire inexistant.
Le lance -javelot
Grèce, puis Empire romain.
l’amentum Langue de cuir attachée au lance-javelot, et que tenait l'utilisateur. L'amentum agissait comme une fronde et démultipliait l'élan donné par le lance-javelot à l'arme. Le projectile, beaucoup plus lourd qu'une flèche, allait cependant aussi loin qu'elle et faisait beaucoup plus de dégâts.
* AMENTUM, pour bien entendre ce que c'est que l'amentum, il faut savoir que les Romains avoient deux sortes de lance ou pique, hasta: les unes pour les soldats armés à la légere, elles se lançoient comme le javelot; les autres plus longues & plus pesantes, dont on frappoit sans les lâcher, celles - ci s'appelloient hastoe amentatoe; & l'amentum étoit un petit lien de cuir qui les traversoit à peu près dans le milieu. Le soldat passoit son doigt dans le lien, de peur qu'en lançant son coup, la pique ne lui échappât de la main. Il y avoit aussi des javelots à amentum. Voyez l'Antiq. expliq. pag. 64.


La fronde.                                                      
                                                                                 frondeur.jpg






















Le fustibale
voir dans les liens de ce site
Voir aussi dans les armes de poing


Découverte de moyens de jets mécaniques : l’arc simple, puis l’arc composite.Si l’homme utilise toujours sa force musculaire pour tendre l’arc, c’est la réaction physique du bois qui propulse la flèche. Nous avons donc une action de jet mécanique.
Quand les grecs fabriquent le gastraphètes, on peut l’armer, et attendre une occasion propice. Mais c’est une arme de guerre.

Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matiéres
 
 
DES ARMES  M É C A NI QUES.
Armes Neuroballistiques.
La portée de l'arme de jet, lancée par la seule force du bras, était peu considérable. L'intelligence de l'homme y joignit bientôt une puissance extérieure. L'idée en fut sans doute empruntée soit d'un jeune tronc, d'une branche d'arbre, ou d'un bâton courbé avec effort, qui se rétablît par son élasticité. On imagina d'adopter aux deux extrémités un lien, qui servit à courber la verge élastique, la première arme mécanique, l'arc fut inventé. Le trait, touchant d'une part le milieu du bois, de l'autre la corde, reçut le mouvement du ressort qui se rétablit, la portée devint trois ou quatre fois plus grande. Cette arme simple est, pour ainsi dire, de tous les temps et de tous les lieux, c’est vraisemblable qu'elle a précédé la fronde. Quoique celle-ci l'emporte par la simplicité, elle n'avait pas comme l'autre de modèle dans la nature. Il fallait ou un cas fortuit pour la découvrir, ou un plus grand effort d'imagination pour l'inventer. Et si la fronde fut trouvée la première chez quelques nations, l'usage de l'arc du prévaloir. Supérieur aux armes que la main lance , tant par la force que par l'intervalle , Sur la sûreté de la direction, il l'est aussi à la fronde par ce dernier avantage : ainsi nous trouvons l’un chez tous les peuples, l’autre en peu d’endroits : l’arc
Ces deux armes ne jetaient que de petites masses et des traits légers. Ce n'était point  le génie destructeur de la guerre. Comme il s'accroît en avançant, ainsi que la discorde & la renommée, il voulut des armes plus fortes, des traits capables de percer ou de renverser plusieurs hommes d'un seul coup, des masses qui pussent écraser un grand nombre à la fois et détruire les murailles. les progrès de la mécanique fécondèrent ces vues meurtrières. On imagina des machines plus fortes pour lancer plus loin de plus gros traits. Un fût adopté à l'arc, pour recevoir et diriger plus sûrement la flèche, composa la catapulte, qui, suivant sa grandeur et sa forme, reçut les noms d'oxybèle ,scorpion, dorybole. On imita aussi, et l'on agrandit l'effet de la fronde par l'invention de la baliste, et de ses espèces nommées monangon, sphendonc ou fronde, onagre, fundibale,. Enfin, on réunit les deux genres, et la même machine jetta des traits et des pierres. Elle fut alors nommée polybole. ( Voye[ Dielionn. d'Antiquités. ).


Machines de jet mécanique, de l'antiquité:
Désigne un engin complexe fabriqué, dont l’élément moteur permet une fois bandé, d’emmagasiner puis de restituer une force capable de propulser hors de portée humaine, des munitions, soit dards ou boulets vers un objectif.





 le fustibale: voir dans les armes de poing, machines de jet



Date de création : 07/12/2008 @ 13:42
Dernière modification : 16/02/2011 @ 20:02
Catégorie : Histoire
Page lue 6988 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^