Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
Histoire - les munitions A les flèches

Les munitions :

La flèche
se désigne sous le nom de trait, carreau, ou dard, avec ou sans empennage, (empenne), qui peut être aussi en cuir ou bois.En période médiévale l'empennage est aussi nommé,empanon,panon,penne,pennon,penart,pennet.

Le calibre le plus répandu est aux environs de 68 cm.

Les pointes de forme pyramidale, très allongées pour pénétrer les boucliers et cuirasses.


traits.jpg


























trait_incendiaire.jpgpointe_de_fleche_incendiaire.jpg











fleche_incendiaire_01.jpg










fleches_de_catapulte.jpgflèches de catapulte

















FALARICA:
falarica_1.jpg

Javelot inventé par le peuple de Sagonte et semblable en beaucoup de points aux autres, mais plus formidable encore. Il était surtout employé dans les sièges et lancé avec une violence prodigieuse, à l'aide d'une machine (Lucan. VI, 198), des hautes tours de bois appelées falae, qui lui firent donner son nom (Festus, s.v.). Il est décrit par Tite-Live (XXI, 8) et Végèce (Mil. IV, 18), qui lui attribuent un caractère fort semblable au specimen précédent, excepté que le fer, placé immédiatement au-dessous de la tête, était enveloppé d'étoupe garnie de poix ou d'autres matières inflammables, auxquelles on mettait le feu avant le lancer le javelot.
. Recherche sur la falarique, se reporter a la rubrique armes de poing
Trifax: Arme de jet ( trait) de 4 coudées de long qu'on lançait avec la catapulte, fer à 3 pointes, une à l'avant et 2 à l'arrière.( sur la colonne Trajan)
.
Les marteaux sont une sorte de flèches ardentes, qui mettent le feu partout où elles peuvent s'attacher
La malléoleVoici en quoi consiste le projectile appelé malléole. C'est une flèche de roseau, garnie tout autour de bandes de fer qui se renflent par le milieu, en laissant ouverts leurs interstices, ce qui lui donne l'apparence extérieure d'un fuseau à filer. La concavité se remplit de matières inflammables, auxquelles on met le feu; et ce trait, lancé par un arc à la corde lâche (une vibration vigoureuse l'éteindrait), brûle avec opiniâtreté tout corps auquel il s'attache. L'eau même ne fait qu'accroître l'intensité de l'embrasement; et ce n'est qu'en jetant dessus de la poussière qu'on parvient à le maîtriser. Ces divers mécanismes sont peu connus;
Itinera ElectronicaDu texte à l'hypertexte
Ammien Marcellin, Histoire de Rome, livre XXIII Chapitre 4
. La malléole phalarique, trait plus ou moins gros , mais ordinairement d'un mètre de long , portant après le fer, dans une cavité elliptique, des matières incendiaires qu'on allumait en lançant le trait. On les projetait avec l'arc ou la catapulte suivant leur grosseur
2. Journal des sciences militaires - Résultats Google Recherche de Livres
1833 - Military art and science
books.google.fr/books?id=fGuTaV_CvaAC

Date de création : 08/02/2008 @ 10:28
Dernière modification : 17/01/2010 @ 17:10
Catégorie : Histoire
Page lue 6131 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^