Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
matériaux de construction - cordelettes des faisceaux
Tormantum
Cordelette utilisée dans les faisceaux des machines à torsion.

Utilisation des tendons d’animaux.
Les tendons sont des cordons fixés sur les parties du squelette offrant une prise aux muscles. De couleur blanche et d'aspect plutôt large et épais, ils possèdent une forte résistance due à leur structure en faisceaux de fibres de collagène.

Explication : on choisi les tendons des animaux les plus sains et vigoureux, ceux des cous des taureaux ou des jambes de cerfs et de chevaux. Voici comment j'ai procédé cet été 2009.J'ai nettoyé ces tendons dans de  l’eau savoneuse,les anciens utilisaient de la saponaire, plante qui produit une abondante mouse.Il faut ensuite nettoyer la graisse avec une lame, puis on fait sécher le nef a l'abri du soleil, dans un grenier. Au bout de 8 jours, celui ci est racorni, on le bat pour  séparer dans leur longueur, les fibres. On les réduit ainsi en filasse, que l’on peignait doucement.Le peigne est fait d'un morceau de contre plaqué de 10 mm et  l'on plante des pointes sans tête acier, qui ne dépassent que de 4 mm. On les filait ensuite pour les transformer en cordelettes ou cordes. On employait aussi des crins de queues de chevaux, éviter ceux de juments qui peuvent être souillés par les urines et d’êtres ainsi moins performent. On employait également avec succès les cheveux de femme pourvu qu’ils fussent longs, fins et bien imbibés d’huile.
Les cordes ainsi préparées étaient tendues et enroulées en écheveaux sur les clavettes des barillets (ou modiolis) au moyen d’un appareil ( voir machines de tension)qui permettait d’obtenir une tension égale pour chaque brin, que l’on constatait en faisant vibrer avec la main, jusqu’à ce qu’il donnat une note déterminée.
Ces cordes sont sensibles aux conditions atmosphériques, ce qui diminue d’autan les performances de la machine. Il serait trop long de retendre les brins, on rétablissait alorsL’énergie de la force de propulsion, en tournant les barillets.
Mais, c’est la solution pratique et non le meilleur moyen, car plus les brins sont droit entre les 2 barillets, plus la puissance des faisceaux est importante.
« Quand j’avais fait mes premières machines, j’introduisais le fil qui représentait la cordelette petit à petit à travers les barillets, au résultat le fil était tendu, mais que de labeur. La puissance était important, maintenant j’utilise un petit système nettement plus rapide mais qui oblige à torde ces faisceaux, ce qui amoindrit l’intensité de la torsion. L’erreur que font ceux qui construisent des répliques à l’échelle 1, c’est qu’ils n’utilisent pas les bonnes cordes, elles doivent avoir de la rigidité et tendue entre les modiolis. »

Cordes de tendons  nos Anatomistes nomment à présent tendons, ceux des cous de taureaux ou des jambes de cerfs, de chevaux, sont indiqués comme les meilleurs parce qu’ils sont les plus exercés par le mouvement.  D’ ailleurs on pouvait en prendre de tous les animaux excepté ceux des porcs qui ne valent rien.  On les faisait tremper dans de l’eau, on les battait pour les séparer dans leur longueur et  les réduire en filasse. On les peignait doucement, on les filait et  l’on en faisait des brins, de ces brins on formait une corde comme sont les cordes avec le chanvre.



C'est une substance constituée d'une molécule de base:le collagène, celles-ci peuvent s'agglomérer entre elles et donnent des fibres de collagène longues et sinueuses présentant une grande résistance sans élasticité

Le collagène est une glycoprotéine fibreuse dont le rôle peut être comparé à une armature. Il s'agit de la protéine la plus abondante de l’organisme et représente 1/4 de toutes les protéines de l'organisme. Il est secrété par les cellules des tissus conjonctifs et a un poids moléculaire de 300 kDa.

Contrairement à l’élastine présente aussi dans les tissus conjonctifs, le collagène est inextensible et résiste bien à la traction. Il est constitué de différents types selon leur localisation. Il est notamment indispensable aux processus de cicatrisation. Après certaines transformations, on peut en faire de la colle.

Ses fibres (collagène) sont organisées en
parallèle dans l’axe longitudinal du tendon. On peut donc dire que c’est un matériau précontraint
dont le rôle principal sera de résister aux forces qui s’exercent selon l’axe de ses
fibres. C’est pour cela que les tendons possèdent l’une des forces de résistance les plus élevées de tous les tissus mous corporels


tendons.jpg   Fibres_dun_tendon_animal.jpg













                      tendons séchés                                                                   tendon séché et peigné défibré


A partir de tendons séchés provenant des pattes de grands animaux (cerfs, bovins, chevaux, autruches, etc…), martelez et défibrez les tendons que vous rangez en paquets.
 Cordes de tendons  nos Anatomistes nomment à présent tendons, ceux des cous de taureaux ou des jambes de cerfs, de chevaux, sont indiqués comme les meilleurs parce qu’ils sont les plus exercés par le mouvement.  D’ ailleurs on pouvait en prendre de tous les animaux excepté ceux des porcs qui ne valent rien.  On les faisait tremper dans de l’eau, on les battait pour les séparer dans leur longueur et  les réduire en filasse. On les peignait doucement, on les filait et  l’on en faisait des brins, de ces brins on formait une corde comme sont les cordes avec le chanvre.

 
Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences ..., Volume 6
 
 
CORDAGE ( technique.). La fabrication des cordages comprend deux parties distinctes: l'art de filer, et l'art de commettre ou le commettage. Dans le premier on doit d'abord obtenir, comme élément de toute corderie, le fil de carret, nom donné aux fils qu'on destine aux cordages et qu'il faut distinguer des fils qui servent à coudre ou à fabriquer des toiles. L'atelier des fileurs de fil de carret se place le plus souvent le long d'une muraille, dans une allée, à l'abri du soleil, du vent, et sur un sol uni. Dans les ports de mer, où on en fabrique en tout temps, on a le soin de se mettre à couvert. L'objet du fileur est de répartir très également les brins des matières filamenteuses à coté et à la suite les uns des autres, de telle sorte qu'en leur donnant un certain degré de torsion ces fils se rompent plutôt que de se désunir. Pour parvenir à ce résultat, on se sert d'un rouet à plusieurs broches. D'un touret, espèce de dévidoir, et des râteliers placés sur des bâtons, et de distance en distance, pour soutenir le fil dans toute sa longueur à mesure qu'il se forme. La position de ces instruments permet à chaque fileur d'être muni d'un peignon de chanvre ( matière préférer pour les cordages ) attaché à sa ceinture, et assez fourni pour aller d'une extrémité de l'atelier à l'autre. Pendant la marche, le rouet et le tonm est toujours en mouvement, et le fil de carret se trouve formé par réunion des fils conduits par un toupin ou cochoir et tortillés ensemble. Lorsque le tonm à une charge suffisante de fil, il est porté au magasin et remplacé par on second touret vide qu'on remplit de la même manière. Il faut que ce fil de carret soit uni, bien serré, et qu'à sa surface  ne se trouve point de mèches. Son degré de torsion ne doit être ni trop bas ni trop élevé, mais en raison de la finesse du fil. Plus ceux-ci sont fins et plus Ies cordages ont de force. II y a cependant des limites que l'expérience a assignées : ainsi, pour les gros cordages, le fil decarret doit avoir 3 à 4 lignes et diamètre de circonférence, tandis que, pour les moyens et les petits cordages, on les réduit à 2 ou 3. Un bon fileur fournit environ  70 livres de fil de carret par jour. En employant du chanvre de première qualité ou premier brin..
Le commettage est l'opération dans laquelle on réunit par le tortillement plusieurs fils  Le maître cordier prend ensuite autant de fils qu'il en faut pour former un toron, et c'est avec l'assemblage de ces torons, qu'on soumet à la torsion et au commettage, qu'on parvient à fabriquer des aussières, et avec des aussières des grelins et puis des câbles ou cordes.

1836 - Encyclopedias and dictionaries, French
Il faut que ce fil de carret soit uni, bien serré, et qu'à sa surface on ne trouve point de mèches.

 

 

Montage des faisceaux
faisceaux_correctes.jpgsolution correcte
















faisceau_mauvais.jpg
trop torsadé
solution incorrecte

Mais dit Philon,c’est une erreur, si l’on croit arriver ainsi au but désiré on amoindrit la portée et l’intensité du jet en affaiblissant la machine par la torsion oblique du faisceau en hélice serrée,figure 2, ce qui enlève aux cordons leur force et leur élasticité naturelles. Dans cet état, le faisceau devient rebelle à la manœuvre du bandage, et dans la détente, au contraire il se montre affaibli, relâché, comme si la torsion qu’il a reçue en excès se traduisait par une perte de force équivalente.
A la suite de cette remarque, les ingénieurs Grecs essayèrent d’abord de supprimer la torsion pour le bandage en composant la clavette en 2 pièces, que l’on écartait à volonté au moyen de coins de bois enfoncés à coups de maillet, mais ce système ne fut pas retenu.
 
Pour tendre les faisceaux ou hémitons a travers les cadres les Grecs puis les Romains utilisèrent des batis spèciaux appelés tendeur ou antonion.

Diamètre de la corde d’une machine antique
 
D’après une étude médiévale sur la fabrication d’une corde de nerfs, soit une circonférence de 15 lignes.
La ligne de l’écritoire avant 1667= 2,268mm
Nous garderons cette cote.
15 lignes x 2,268 = 33,84
La circonférence = D x pi
Le diamètre = 33,84 : 3,1416 = 10,63
 Nous retiendrons que le diamètre de la corde pour le faisceau d’une machine est sensiblement
égale à 10mm, de couleur blanche ou écrue si possible est le moins élastique possible.

Fabrication et assemblage d'un faisceau d'une machine à torsion
 
Pour connaitre la longueur de votre cordelette.
Il vous faut connaitre la surface interne de trou du modiolus, le diamètre du barillet.A
La surface de la clavette à l'interrieur du modiolus.B
La surface du brin du faisceau ou de la cordelette. Le diamètre de la drisse, C
Assembler les modiolus avec clavette sur la machine et mesurer cette cote. Ou sur la maquette mesurer la côte et la X par l’echelle choisie, D
A-B:C= nombre de brins x D =longueur de votre faisceau.




Date de création : 24/10/2008 @ 20:34
Dernière modification : 10/10/2017 @ 16:58
Catégorie : matériaux de construction
Page lue 4798 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^