Généralités

Fermer Histoire

Fermer collection de maquettes

Fermer maquettisme

Fermer album photos d'expos

Fermer reportage et concours

Fermer Le moyen âge

Fermer Communauté GuppY

Machines de jet

Fermer Antiquité

Fermer Machines de sièges

Fermer Machines de tension

Fermer Moyen Age

Fermer machines de sièges

Fermer machines de marine

Fermer machines Spéciales

Fermer mécanismes des machines

Fermer matériaux de construction

Fermer armes de poing

Fermer recherches diverses

Fermer Images anciennes des machines

Fermer l'aérotone

Fermer les chirobalistes

Fermer machines contemporaines

Recherche



Webmaster - Infos
test1
test1
machines de sièges - Béliers
Le bélier:

Le bélier médiévale est suspendu différement du bélier romain ainsi que son support. C'est une grosse poutre armée à l'avant d'une tête de fer, suspendue en équilibre horizontalement par des cordes ou chaînes, et mis en mouvement par des hommes au moyen de cordes fixées sur cette poutre, qui servent de poignées. Le support est une charpente très solide, sorte de grand toit aigu, recouverte de bois de forte section, renforcé de barres de fer, monté sur des roues, il n'y a pas de plancher.attaque_par_belier_med.jpg
























La poutre faîtière du toit déborde pour faire butée, et évite a la double machoire de la louve de saisir la tête du bélier, une fois en place on bloque les roues à l'aide de cales et on peut balancer le bélier.
L'engin est recouvert de peaux fraîches, fumier ou gazon mouillé tant pour amortir les chocs des projectils que de se prémunir des incendies que les assiègés essayent de provoquer.On déplace le bélier soit à l'aide de leviers , ou des cordes poulies et cabestans. L'effet du bélier sur une porte si solide soit-elle était désastreux, on peut neutraliser son effet en descendant un grand matelas de peaux rempli de terre et suspendu par des cordes devant la tête, mais juste avant qu'il ne soit en place, après, avec cette butée c'est trop tard. Par contre la louve peut prendre avec ses griffres le faîte du bélier et le secouer.
On rapporte qu'au siège de Châteauroux, Philippe-Auguste, après avoir investi la ville, attache les mineurs au pied des remparts, détruit les merlons au moyen de pierrières, dresse un bélier devant la porte toute doublée de fer, fait avancer des tours mobiles en face des défenses de l'ennemi, couvre les parapets d'un pluie de carreaux, flèches et balles de fronde.

Date de création : 27/06/2008 @ 17:03
Dernière modification : 15/03/2009 @ 17:21
Catégorie : machines de sièges
Page lue 6312 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^